Accueil > Non classé > Témoigner du spirituel

Témoigner du spirituel

Conférence de trois confréries soufies

Cet événement est proposé par trois confréries soufies : alawiyya (origine : Algérie), Chishtiyya (origine : subcontinent indien), Naqshbandiyya (origine : Ouzbékistan puis Chypre). Ces trois confréries œuvrent régulièrement ensemble dans le cadre de l’appel au Rassemblement des Soufis de France, qui réunit plusieurs voies soufies authentiques (traditions et enseignements …

Lire plus...

La théologienne, l’élu et le prophète

L’écrivain Marion Muller-Colard publie « Le Complexe d’Élie », petit ouvrage passionnant entre l’essai et l’auto-fiction où elle évoque en toute liberté ses rencontres avec le politique Jo Spiegel. Ils partagent le même questionnement sur la responsabilité individuelle et la même admiration pour Hannah Arendt.   PUBLIÉ LE 24/03/2016 À …

Lire plus...

Perspectives d’un renouveau spirituel à l’ère de la mondialisation

Le fait religieux, trait de civilisation constant, qui résiste aux diverses tentatives d’éradication, prend de multiples formes qui se renouvellent en fonction du contexte historique. Le choc de la mondialisation est-il une chance ou un risque ? Quel renouvellement implique-t-il du fait religieux ? Comment rendre ce renouvellement potentiel fécond pour les régimes démocratiques ? Voilà quelques enjeux de taille auxquels il convient de réfléchir pour répondre à l’intensification des défis actuels.

Lire plus...

[LIVRE] L’homme intérieur et ses métamorphoses (Marie-Madeleine Davy)

Visuel du livre "L'homme intérieur et ses métamorphoses" par MM Davy

Qui est Marie-Madeleine Davy? Universitaire française spécialiste du Moyen Age et de Saint Bernard, biographe de Simone Weil, Nicolas Berdiaev ou Henri Le Saux, membre d’un réseau de Résistance pendant la guerre, Marie-Madeleine Davy (1903-1998) a parcouru le monde pour délivrer une parole sur la vie intérieure et le modèle des mystiques …

Lire plus...

Auctoritas et potestas : Quel type de légitimation pour le pouvoir ?

La pensée politique latine a systématisé cette distinction qui permet de « civiliser » l’usage de la force politique : l’ « auctoritas » donne un sens et des limites à l’exercice de la « potestas ». Quand elle n’est pas fondée sur une auctoritas « légitimée », c’est-à-dire reconnue par les destinataires de la potestas, celle-ci est vécue comme pure violence,… L’auctoritas donne une justification, une utilité et des limites à la contrainte générée par la potestas.

Lire plus...

En continuant votre navigation, vous acceptez que ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Plus d'infos

En poursuivant votre navigation, vous consentez nous autoriser dans le but d'analyser notre audience et d'adapter notre site internet et son contenu pour qu'il réponde à vos attentes, que nous utilisions Google Analytics, service susceptible d'installer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur.

Fermer