Accueil > Conviviale > Synthèse du questionnaire aux adhérents

Synthèse du questionnaire aux adhérents

« Un grand merci à tous ceux et toutes celles qui ont pris le temps et le soin de répondre à l’ambitieux questionnaire proposé aux adhérents et sympathisants de D&S dans le cadre de la préparation de son 25ème anniversaire, qui s’est déroulé à Paris les 2 et 3 février 2019 « .

SYNTHESE A PARTIR DE L’ENSEMBLE DES REPONSES AU QUESTIONNAIRE

 Un questionnaire sur D&S, conçu et réalisé par Valérie Pénicaut, a été mis en ligne par Régis Moreira le 9 novembre 2018. Agnès Legrix et Eliane Fremann ont procédé à son dépouillement.

Il a rencontré un écho très favorable puisque nous avons collecté 41 réponses émanant de 31 Franciliens et de 10 personnes résidant dans d’autres régions françaises. La répartition est la suivante : 25 hommes /16 femmes.

Les objectifs du questionnaire étaient à la fois de mieux connaitre nos adhérents et de recueillir leurs avis et suggestions sur l’avenir de D&S.

C’était un questionnaire en 2 parties, constitué surtout de questions à choix multiples dans la 1ère partie-qui portait plutôt sur le lien de nos adhérents et sympathisants à D&S, leur date d’adhésion, leurs aspirations, les activités de DS qui leur correspondent le mieux- et de questions ouvertes dans la 2e partie qui proposait une réflexion élargie et faisait appel à leurs propositions pour l’avenir de DS.

Ce qui est frappant, c’est le nombre élevé d’adhérents depuis plus de 20 ans (près de la moitié des réponses : 18 sur 41), ce qui confirme la justesse de l’intuition de l’équipe fondatrice, celle d’une fécondation mutuelle entre démocratie et spiritualité, et la pérennité à leurs yeux de ce projet initial. A noter en revanche, une quinzaine de nouvelles adhésions depuis 2011-12, ce qui oblige l’association à s’interroger rapidement sur ses modalités de recrutement, sa lisibilité et sa visibilité.

Les réponses révèlent les motivations prioritaires de nos adhérents, venus à D&S d’abord et dans une très large majorité pour réfléchir à plusieurs, (30 réponses), puis se ressourcer (5 réponses) et agir (6 réponses), quasiment à égalité. Cela confirme que D&S est une association de second degré (les pratiques et engagements concrets de ses adhérents se font ailleurs, le cadre de D&S ayant pour vocation d’y réfléchir avec un certain recul).

L’adhésion, ancienne ou récente à D&S, les supports et temps proposés (Lettre, Conviviales) semblent avoir fait évoluer ses membres dans leur vie personnelle –« ont nourri leur pensée, les ont aidés à mieux discerner les enjeux de l’actualité, ont été un soutien dans leurs convictions, leur désir de chercher à donner du sens à leur vie »-comme dans leur implication citoyenne et leur vie spirituelle.

Parmi les activités proposées, les Universités d’été sont plébiscitées par les adhérents. Elles sont avec la Lettre et le site les seuls points de rencontre entre les Franciliens et les provinciaux. La création d’un blog, souhaitée par une quinzaine de personnes, permettrait à celles qui ne peuvent pas se déplacer (et sont « connectées ») de rester parties prenantes de l’association tout au long de l’année…

Appel : Nous recherchons (un ou une) adhérent(e) motivé(e) disposant du temps et des compétences requises pour la création et la régulation d’un blog associatif (avec listes de discussion thématiques)

 

Priorités et propositions qui se dégagent concernant l’avenir de D&S 

1 Les principes communs à toutes les spiritualités 

2 L’articulation Démocratie et spiritualité

3 Les thèmes à reprendre et approfondir 

4 Quelles actions ?

5 Quels partenariats ?

6 En quoi D&S m’a fait évoluer

7 Quelques critiques constructives

 

 

Code couleurs : en rouge, des thèmes ou expressions récurrentes ou percutantes

En vert, quelques citations.

 

1 Les principes communs à toutes les spiritualités 

Les répondants se sont prêtés au jeu des « principes communs à toutes les spiritualités  » auquel nous avait invités Marion Muller-Collard lors de l’entretien qu’elle nous avait accordé l’été dernier. Vous trouverez quelques propositions de définition, mais pour aller plus loin, il faudra prendre le temps de s’asseoir ensemble plusieurs fois et de s’écouter…

 

Quelques propositions de définition 

 

Vie de l’esprit contribuant à instaurer des liens signifiants avec autrui, avec la nature et avec ce qui nous dépasse 

 

Le lien de tout avec tout, et avec la réalité ultime

 

Une spiritualité aide à constituer le socle de la personne, à lui permettre de composer avec sa propre réalité et à faire face, dans la continuité, à ce qui peut lui advenir

 

Le chemin intérieur, dialogue entre l’humain et le divin en soi.

La spiritualité ne se réduit pas à l’éthique.

 

Habiter ses gestes et sa parole, ne pas rester uniquement dans le mental : être présent à soi-même et à ses ressentis, à la flamme qui nous anime et nous met en chemin, en relation avec l’autre, la nature. La spiritualité ce n’est pas un discours mais une manière d’être, d’aborder la vie et tous les êtres vivants, qui s’exprime dans les actes les plus simples.

 

Principes transversaux à toutes les formes de spiritualité : 

le Souffle (à la base de toute vie et de toute pratique)

– une pratique régulière, associée ou non à un ou plusieurs Dieux – le spirituel ne se réduisant pas à l’usage qu’en préconisent les religions et traditions spirituelles.

la présence à soi, à l’autre, à tout ce qui est

– instrument de transformation de soi et de la société

 

Effets de la spiritualité : 

Donner du sens à sa vie et à la vie en société

être présent à soi et en relation avec l’autre, la nature : une manière d’être et d’aborder la vie

la tolérance et l’humilité 

– être capable de temps de silence, seul ou à plusieurs

– une pratique reliant méditation et action

 

Mots ou concepts le plus souvent associés à la spiritualité :

Amour/ infini / absolu /ultime/ non-contradiction/ recul/ retrait / contemplation /intériorité / méditation / engagement / gentillesse / humour (esprit)/ altérité / parole authentique / écoute / universalité / immanence / transcendance / témoignages / tolérance

 

« Tant de mains pour sauver le monde et si peu de regards pour le contempler » (Julien Gracq)

 

2 L’articulation Démocratie et spiritualité

L’articulation D&S est reconnue comme nécessaire dans son principe mais peu élaborée et illustrée dans ses moyens d’application :

 

Je m’intéressais déjà à cette articulation… par réaction aux déviances de l’Eglise catholique / par référence aux mouvements d’Education Populaire / pour trouver un fondement commun pour un Vivre Ensemble avec nos différences / Je pense que la spiritualité doit se mettre en actes dans la vie quotidienne, notamment en tant que citoyen. Je tente de continuer à le réaliser.

 

3 Les thèmes à reprendre et approfondir 

Les thèmes récurrents sont très marqués par l’actualité politique (avant le phénomène des Gilets jaunes) : (écologie, migrations, laïcité ouverte) et par l’université d’été 2017 (Éduquer à la citoyenneté et à la spiritualité).

 

ECOLOGIE ET SPIRITUALITÉ / Traiter l’urgence climatique ET l’urgence sociale dans une démarche spirituelle /Environnement /climat/ lien avec question sociale / L’écologie est un thème socle, qui englobe tous les questionnements : le projet commun est trouvé /devant la course à la consommation, comment réagissons-nous ? / Que voulons-nous transmettre à nos enfants, et sur quelle planète ? / Créer des jumelages de solidarité, ici et ailleurs, tant en milieu rural qu’en milieu urbain /

 

EDUCATION-CITOYENNETÉ-SPIRITUALITÉ Ce pourrait être la référence générale de nos thèmes de réflexion et d’action/ Violence / bienveillance / favoriser le dialogue entre les classes sociales / vivre-ensemble / patrimoine spirituel et religieux / faire connaître les combats du passé pour la démocratie / réflexion sur la démocratie, la gouvernance sans contre-pouvoir / redonner foi dans l’humanité et dans le vivant/ nécessité d’une concertation au plus près du citoyen /l’apport de la démocratie aux religions / le métareligieux / l’interconvictionnalité pour nourrir la symbiose « démocratie participative – fraternité – solidarité – sobriété écologique – résolution non violente des conflits /que découvrons-nous de nos proches voisins : Belges, Allemands,  Espagnols, Italiens et Suisses? / laïcité-fraternité/ Que nous disent les jeunes d’aujourd’hui, ceux qui ont 20 ou 30 ans, que veulent-ils ? / Nos systèmes de croyances dans la modernité d’aujourd’hui / répondre aux grands défis actuels, climatique, démographique, migratoire, populiste, etc. /

 

COHERENCE ENTRE PLANS PERSONNEL ET COLLECTIF La recherche d’une cohérence / Comment vivre ensemble l’altérité, dans la vie quotidienne ? / développer les sources et les traces d’avenir à travers les philosophies, dans le lien avec notre intériorité, notre lien aux autres, proches et lointains, notre lien à la mère Terre nature / S’enraciner dans une pratique reliant méditation et action, ressourcement et interpellation, choix et concrétisation du vivre-ensemble / L’articulation personne-société / / développer la capacité à prendre du recul, s’autoriser des temps de retrait, du silence pour développer sa paix intérieure, loin du tumulte / Cultiver la conscience du divin en soi, qui nous relie (…) et nous ouvre à la relation avec le prochain / Comment traduire dans le fonctionnement associatif la mise en œuvre de cette cohérence ?

 

MIGRANTS et ENJEUX INTERCONFESSIONNELS / nouveaux arrivants /la question migrante à l’approche des élections européennes / les citoyens européens et la « Maison commune » / se faire les porte-parole des citoyens lambda désireux d’échapper à une Europe-forteresse / le problème de la mondialisation et des migrations, la montée des inégalités / les Musulmans, les populations multi-culturelles, les jeunes, la montée des intégrismes religieux / soutenir l’acculturation de l’Islam au contexte démocratique / travailler à maintenir la laïcité ouverte /

 

RÉVOLUTION TECHNOLOGIQUE / place de l’humain dans la société numérique / spiritualité et neurosciences / éducation, opportunités et risques à l’ère des réseaux sociaux et des algorithmes / Quelle argumentation de D&S face à la tentation transhumaniste, tout en reconnaissant et humanisant les progrès qui peuvent émerger de l’intelligence artificielle et des biotechnologies ?

 

4 Quelles actions ?

Les pistes d’action proposées concernent à la fois la vie de l’association et la façon dont celle-ci pourrait se manifester dans l’espace public.

Ces propositions d’action méritent d’être discutées mais elles nécessiteront aussi des choix et des renoncements, qui ne seront viables que si les priorités sont dégagées à partir de nos forces réelles, c’est-à-dire des disponibilités et des talents de chacun, et des moyens et échéances que nous nous donnerons pour les réaliser.

 

Plusieurs pistes sont possibles, mais peut-être faire des choix qui attireront certains et feront éloigner d’autres.

 

D&S pourrait devenir un lieu où chacun s’exprime sur les sujets qui animent sa vie spirituelle et démocratique (engagements). Pourrait aboutir à des régulations interpersonnelles, à des actions menées séparément dont il pourrait être fait une restitution, en vue de constituer un répertoire d’expériences à consulter, (…) mais ici appliqué à un groupe qui expérimenterait. / Des temps de méditation de pleine conscience avec partage d’observations sur ces pratiques et leurs effets / partir des témoignages de vie et d’action plutôt que des regroupements d’idées / repréciser l’intuition de départ / Organiser de petites actions concrètes ensemble / Une règle de vie autour de l’interaction D/S, avec des groupes de Partage / Créer un blog, pour des échanges thématiques, sans frontières entre Paris et régions, entre villes et ruralité. Ce serait intéressant en particulier pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer régulièrement. Il pourrait y avoir une discussion générale – par exemple autour de l’actualité – avec possibilité pour les participants intéressées, de créer des groupes de réflexion thématiques, avec ou sans objectif (publication, échéances politiques, etc.) / Mettre en place une « veille » sur le site internet, consultable et recevant les contributions de tous ceux qui le souhaitent, sur toutes les manifestations en lien avec les thèmes qui articulent démocratie et spiritualité (classées par types : colloques, articles, livres, événements, témoignages).

 

Venir en aide à d’autres structures par un apport théorique permettant de mieux comprendre le contexte et construire une vision / devenir une instance de propositions pour l’extérieur / par des publications en partenariat / D&S pourrait mettre en place un groupe de volontaires qui écoutent les besoins de la société pour éviter l’élargissement des fractures sociales

 

Se rapprocher des organismes et associations de jeunes concernés par ces défis, les associations de banlieue, s’intéresser aux actions innovantes (« Territoire Zéro Chômeur »), aux pédagogies en cours d’expérimentation / s’ouvrir à d’autres modes de communication et de méthode / se rapprocher d’associations semblables et tirer parti de l’actualité : ex les Gilets jaunes, s’ils acceptent qu’on les aide à débattre selon le bien fondé de notre méthode. Car je trouve que si on ne fait que réfléchir, on risque de tourner en rond.

 

Communiquer davantage/ rencontrer des journalistes/quelques « correspondants » politiques/ poursuivre l’animation dans le Pacte civique / continuer à voir des gens et inciter aux rencontres / donner suite aux Universités d’été, en fédérant les forces vives dans des enjeux communs / être davantage présents dans l’actualité / faire appel aux organismes et aux personnalités déjà ou pas encore intervenues à D&S pour mettre en valeur et donner vie à nos initiatives dans l’espace public/ produire des articles, les diffuser, participer à la vie politique, sur des sujets qui auraient été réfléchis par plusieurs au préalable dans des groupes de travail / Pourquoi pas un nouveau parti inspiré de D&S ?

 

Faire appel aux mouvements et communautés religieuses dans la mesure où ils sont ouverts à l’esprit de D&S, sans tomber dans le syncrétisme ni perdre notre liberté par rapport à eux/ créer des partenariats au-delà du champ chrétien traditionnel / participer aux grandes causes de notre société et au dialogue interconfessionnel avec des « journées phares » / Réfléchir à une modification de la loi de 1905 pour l’adapter aux problématiques du XXIème siècle / Danger de remise en cause de la loi de 1905 à partir de l’islam en France / Etre force de proposition pour défendre la démocratie face au jihadisme (et son programme theologico-politique), et œuvrer pour cela à une véritable alliance avec les musulmans démocrates français (et européens).

 

Pour les formations, développer le blended learning, qui associe présentiel et virtuel / développer des actions de formation à destination des jeunes et des enseignants /créer des groupes de lecture accessibles à tous sur les différentes spiritualités/ évaluer les actions communes avec nos partenaires/ devenir un lieu de formation (en interne et/ou en externe)

 

5 Quels partenariats ?

 

Malgré quelques réticences exprimées, les partenariats sont largement souhaités. Aussi bien avec l’allié « naturel » qu’est le Pacte civique, qu’avec les associations déjà affines. Des suggestions sont faites pour élargir notre réseau et notre champ d’action. Il semble important de préciser les projets, de bien délimiter les engagements, de prévoir des points d’étapes, des échéances, et l’évaluation des actions communes.

Il apparaît également que ces projets seraient plus faciles à mettre en œuvre et à évaluer si l’on se référait à un programme d’ensemble sur plusieurs années.

 

Ne pas rester isolé : travailler en réseau et avec un plus grand nombre d’acteurs/ être plus concret, créer des passerelles vers la société civile / ouvrir D&S à la réalité de nos quartiers, de nos villes, de nos régions/ veiller à ce qu’il y ait un lien proche avec la démocratie et la spiritualité ; s’ouvrir à, se rapprocher, pas forcément établir des partenariats/ Je pense que D&S peut continuer à vivre avec une spécificité propre qu’il lui faut encore trouver avant que de s’orienter vers des partenariats / partenariats ponctuels sur un projet défini ensemble

 

Partenaires existants ou potentiels cités : le Pacte civique en priorité « naturelle » (en invitant certains membres du PC à certaines activités de D&S, d’abord via des Conviviales à thème) / Coexister, Enquête, Fondation SEVE, Seuil (marches accompagnées en alternative à des peines de prison pour mineurs), Emouna (ScPo), UP for humaness, Forum 104, Initiative et changement, Sésame (Bidar), Vie nouvelle, ATD Quart Monde, CCFD, Cimade, mouvements soufis, paroisse Saint Merry « Appel des solidarités » / avec UPH, à partir des invitations croisées « Etincelles »- » Conviviales » et d’une reconnaissance préalable des complémentarités de valeurs et d’action, envisager une convention de partenariat?

 

D&S et le Pacte civique

 

Pendant plusieurs années une inter-action se faisait avec les réalités, les mobilisations dans les banlieues, dans les quartiers « politique de la ville » / D&S est le « parent pauvre » du Pacte civique / Il m’apparaît désormais que D&S et Pacte civique vont ensemble : D&S pour la théorie, Pacte civique pour un ex. de mise en pratique. Il fallait le deviner… / D&S pourrait aider le Pacte civique à relier ses engagements à la question spirituelle / Le Pacte civique pourrait aider D&S à rendre son contenu plus opérationnel

 

 

6 En quoi D&S m’a fait évoluer

 

Dans ma vie spirituelle, la participation à D&S m’a permis de centrer une plus grande partie de mon énergie qu’auparavant sur mes choix de vie et mes activités au quotidien / Stimulation des éclairages philosophiques, politiques, des témoignages de personnalités / Rencontrer des personnes que je n’aurais pas côtoyées sinon, en raison de nos différences sur le plan social, religieux, culturel / Elargir mon horizon intellectuel, saisir ce qui anime l’autre, fait sens pour lui / Vivre des partages authentiques dans le groupe Cheminement ; c’est un pas de plus vers la fraternité / Grâce à l’éthique du débat, une plus grande assurance pour aborder certains sujets dans le cercle familial, amical, mais aussi en tant que citoyenne. / Les échanges avec D&S me confirment que l’avenir est à « l’intériorité citoyenne » (Thomas d’Asembourg), à une laïcité positive, à l’interconvictionnalité / D&S m’a permis de faire la connaissance de belles personnes et de m’enrichir grâce à elles.

 

 

7 Quelques critiques constructives

Les réponses au questionnaire, et les nombreuses pistes ouvertes pendant le colloque méritent de faire le plus tôt possible l’objet d’un débat ouvert dans notre association. C’est pourquoi il a été décidé de reporter la Conviviale actualité prévue le 12 mars sur le thème des « Gilets Jaunes », afin d’ouvrir cette discussion le plus largement possible avant l’AG du mois de mai. Vous êtes tous cordialement invités, et si vous ne pouvez pas être présent à Paris ce jour-là, n’hésitez pas à nous envoyer vos contributions par mail avant cette date, à partir du site de D&S.

 

Actuellement, tout se décide en Bureau ou en CA, les adhérents sont trop souvent réduits à « consommer » les offres, valider les décisions ou s’en plaindre. Un fonctionnement moins hiérarchique, mais un cadre et une méthode bien définis / J’ai été adhérent quelques années, ai été un peu déçu du niveau d’écoute et de pensée systémique que j’ai trouvé insuffisants par rapport à mes attentes. Je reste sympathisant de loin. / Ce que je perçois des réflexions de D&S à travers la Lettre est très intellectuel et très parisien. Ces réflexions m’intéressent mais me concernent de moins en moins. Elles sont souvent loin de ce qui se vit dans la « France profonde » qui vit davantage le lien entre le spirituel et la démocratie à travers la vie locale et donc plus concrètement me semble-t-il. Comment D&S peut-il prendre en compte cela ? / Je lis la Lettre de D&S et je trouve souvent des textes qui font réfléchir, même si je ne suis pas d’accord avec le point de vue exprimé. / Je n’ai pas ressenti de la part de D&S une préoccupation centrée sur l’enjeu spirituel, social et politique que représente l’exclusion, la détresse et la souffrance de tant de personnes, qui est facteur de déstabilisation de la démocratie… mais D&S ouvre de nombreuses pistes pour nourrir la pensée et l’action. Le risque serait que ces réflexions et ces pistes restent éclatées / Cela a-t-il du sens de parler de « spiritualité » en général quand on se préoccupe de démocratie ?

 

Revoir l’organisation des contenus sur le site web

 

Il y a un certain éparpillement (et pas seulement sur le site!)

 

Il est important de parler des réponses au questionnaire ensemble

 

D&S doit mieux préciser sa doctrine et sa raison d’être, être plus présente dans le débat public

 

Sur le plan du vivre ensemble citoyen, elle montre le chemin mais doit faire beaucoup plus par des actions concrètes.

 

 

Le nom de l’association

La grande majorité des répondants y sont attachés et sont favorables au maintien de l’appellation

Il s’agit plus d’approfondir la mission de D&S et de la concrétiser

Déesse est un très beau nom

Mais on peut lire aussi :

Le mot « spiritualité » mis à toutes les sauces, est trompeur… et aboutit à des débats peu productifs autour de spiritualité et religion, divisant parfois pour pas grand-chose. Il pourrait y avoir le mont sens pour le nom (de l’association) / J’avais suggéré « Démocratie & Sens » car la spiritualité, que l’on se sente croyant ou pas, se caractérise par la recherche de sens. Ce terme, loin d’être une reculade, permettrait d’éviter de nombreux malentendus et d’ouvrir quelques portes. / Démocratie et Spiritualités / Démocratie, spiritualité(s) et Religions(s) / Démocratie et Humanité laïque et spirituelle

 

La Charte

La Charte pourrait être simplifiée, permettant aux acteurs de terrain de se reconnaître et d’adhérer à des objectifs plus modestes : sens de la participation à des enjeux de changement, appui sur des démarches et méthodes pour le « vivre ensemble », incitation à faire remonter les informations, dialoguer, réfléchir ensemble, mettre en mouvement des actions. Se rendre visible au-delà des valeurs si souvent répétées et non ajustées à la réalité concrète.

 

Je ne souhaite pas une réécriture de la charte, qui me semble avoir gardé toute sa pertinence. Par contre l’association, en référence à cette charte, peut avoir un projet associatif qui soit révisé périodiquement.

 

A propos Régis Moreira

Sur le même thème...

FIN DE VIE / EUTHANASIE

COMPTE-RENDU DE LA CONVIVIALE-DEBAT D&S DU 8 JANVIER 2018 Nous étions convenus de partir des …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

En continuant votre navigation, vous acceptez que ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Plus d'infos

En poursuivant votre navigation, vous consentez nous autoriser dans le but d'analyser notre audience et d'adapter notre site internet et son contenu pour qu'il réponde à vos attentes, que nous utilisions Google Analytics, service susceptible d'installer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur.

Fermer