Accueil > Débattre > Auctoritas et potestas : Quel type de légitimation pour le pouvoir ?

Auctoritas et potestas : Quel type de légitimation pour le pouvoir ?

Par Christian Saint-Sernin

Pour une grande partie des populations occidentales, la démocratie traverse une crise, et la légitimité même de l’action politique semble remise en cause (au profit d’un économisme hypertrophié) ; c’est un aspect de cette fragilisation que nous allons essayer d’éclairer à partir du couple de concepts « auctoritas-potestas » mis en exergue par Maurice Sachot dans un livre qu’il vient de consacrer à la manière dont le christianisme a transformé la pensée politique occidentale.

La thèse de l’auteur est que le christianisme (qui s’est lui-même constitué dans les trois premiers siècles de notre ère à travers trois énormes confrontations avec la Loi morale juive, avec la philosophie hellène et avec les institutions de l’Empire Romain) a complètement bouleversé le mode de légitimation du politique de l’Occident jusqu’à son actuelle mondialisation, au moment même où l’Empire vacillait sur ses bases aux frontières et à Rome. Or cet Empire Romain avait su établir tout autour de la Méditerranée une Paix et une civilité jusque là inégalée en ajoutant aux Empires Hellénistiques (dont il prenait la succession) la solidité d’institutions durables et la force d’un Code de lois qui, formulées dans une même langue latine, s’appliquent à tous d’une même manière. Maurice Sachot montre comment tout cet ensemble institutionnel et juridique repose sur la « potestas » du pouvoir politique et militaire romain, lequel repose lui-même sur l’autorité d’une « auctoritas » qui la transcende. La pensée politique latine a ainsi systématisé cette distinction qui permet de « civiliser » l’usage de la force politique (et qui n’existait pas en grec) : l’ « auctoritas » donne un sens et des limites à l’exercice de la « potestas ». Quand elle n’est pas fondée sur une auctoritas « légitimée », c’est-à-dire reconnue par les destinataires de la potestas, celle-ci est vécue comme pure violence, comme une suite de coups de force… L’auctoritas donne une justification, une utilité et des limites à la contrainte générée par la potestas ; réduisant les résistances, elle facilite son exercice.

A partir des premières grandes attaques contre Rome, puis pour légitimer le pouvoir des conquérants successifs et jusqu’aux « monarchies absolues », cette autorité sera exercée par la religion chrétienne qui concentrera dans une source unifiée une sacralité capable d’imposer respect et obéissance dans un monde pacifié et intelligible qui échappe au chaos. A l’époque moderne, le Peuple et le « contrat social » se sont substitués à la religion pour reprendre les mêmes prérogatives et garantir le pouvoir des démocraties … Mais c’est bien cette « autorité »-là qui paraît de nos jours quelque peu fragilisée…

Christian Saint-Sernin

Télécharger l’article dans son intégralité :
Auctoritas et potestas : Quel type de légitimation pour le pouvoir ?

Sur le même thème...

Cheminer et dialoguer dans nos groupes en vérité et en fraternité

 L’éditorial de la Lettre de D&S n°155 L’interaction entre démocratie et spiritualité n’est pas facile …

Laisser un commentaire

 

En continuant votre navigation, vous acceptez que ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Plus d'infos

En poursuivant votre navigation, vous consentez nous autoriser dans le but d'analyser notre audience et d'adapter notre site internet et son contenu pour qu'il réponde à vos attentes, que nous utilisions Google Analytics, service susceptible d'installer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur.

Fermer