Accueil > Communiquer > COMPTE RENDU DE L’UNIVERSITE D’ETE 2017

COMPTE RENDU DE L’UNIVERSITE D’ETE 2017

Compte rendu 2017 de la 23ème Université de Démocratie et Spiritualité

Thème: Education, citoyenneté, spiritualité

Centre Jean Bosco, 69005 Lyon

Introduction : Pourquoi ce thème ?

Face aux grands changements qui traversent notre société depuis une trentaine d’années, l’éducation à la spiritualité comme l’éducation à la citoyenneté rencontre aujourd’hui de grandes difficultés. L’une et l’autre constituent pourtant un levier d’action fondamental pour réussir le pari de l’unité humaine qui est devenu notre enjeu.

A la suite de ce constat, il nous parait intéressant que la prochaine Université d’été de Démocratie et Spiritualité se penche sur le lien à établir entre ces trois notions : éducation, citoyenneté, spiritualité qui sont le plus souvent disjointes : l’instruction est trop assimilée à la transmission des savoirs, s’intéressant peu à la citoyenneté et à la spiritualité, elles -mêmes renvoyées à l’expérience civique et à la vie personnelle.

N’est-ce pas là, précisément, ce qui doit changer, et comment faire ? Et d’ailleurs, qu’entendons-nous exactement par éducation à la citoyenneté (qui ne se confond pas avec la politique) et par éducation à la spiritualité (qui ne se confond pas avec la religion) ?

 JEAN- BAPTISTE DE FOUCAULD

Président de Démocratie et Spiritualité

 

Avec les regards d’intervenants d’âge et de milieux différents

Éric Favey, enseignant, puis inspecteur de l’Education Nationale, président national de la Ligue de l’Enseignement chargé du « débat d’idées », membre du Conseil supérieur des programmes.

Florent Pasquier, maitre de conférences en Sciences de l’éducation à Paris-Sorbonne, spécialisation : techniques de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE) et impliqué dans la prise en compte des dimensions spirituelles et ontologiques en situation éducative.

Giusi Lumare, chercheuse, consultante en formation d’adultes, créatrice et coordinatrice de l’association Momo, un réseau citoyen d’échanges solidaires, à Bologne en Italie.

Radia Bakkouch, présidente de l’association Coexister (jeunes de 15 à 35 ans) qui milite pour mieux vivre ensemble et pour la cohésion sociale par le biais d’actions de dialogue pour apprendre à se connaître, de solidarité pour faire ensemble et des actions de sensibilisation à la laïcité et à la déconstruction de préjugés.

-Marine Quenin, déléguée générale de l’association Enquête qui propose une initiation à la laïcité et au fait religieux pour les enfants.

Sur la famille – Farid Righi, formateur dans les Instituts de Formation du Travail Social. Il est né en France dans une famille nombreuse d’origine algérienne, arrivé en France en 1964.

Sur l’école et la formation continue – Jacqueline Costa-Lascoux est directrice de recherche honoraire au CNRS, juriste, sociologue et psychanalyste. Elle a été membre du Haut Conseil à l’intégration jusqu’en 2008, membre de la commission Stasi Laïcité et République et de la commission Thélot sur L’avenir de l’Ecole.

Sur l’école et la formation continue – Anita Olland, coach de publics variés (entreprises, associations, etc…) en France, Allemagne, Suisse et au Luxembourg ; accompagnement professionnel d’étudiants et de doctorants.

Sur l’éducation dans la société – Karim Mahmoud-Vintam, militant associatif, écrivain, cofondateur et délégué général du mouvement pédagogique et civique Les Cités d’Or.

Sur les réseaux sociaux – Mounir Belkacem, membre du Pacte Civique

Sur les réseaux sociaux – Florent Pasquier, maitre de conférences en Sciences de l’éducation à Paris-Sorbonne- spécialisation : techniques de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE)- et impliqué dans la prise en compte des dimensions spirituelles et ontologiques en situation éducative.

Conclusion d’Olivier Frérot, fondateur de Philométis et consultant-coopérateur à Oxalis.

 

A propos Régis Moreira

Sur le même thème...

L’avenir des églises (normandes)

Le Centre international de Cerisy la salle dans la Manche, qui organise chaque année pendant l’été une vingtaine de colloques d’une semaine (www.ccic-cerisy.asso.fr) a réuni du 2 au 30 mai l’ensemble des parties prenantes concernés par le « devenir des églises normandes » : la baisse de la population rurale, la diminution de la pratique religieuse, celle du nombre des prêtres aboutissent à ce que beaucoup d’églises rurales, notamment dans les petites communes, ne soient plus guère utilisées pour le culte ; or, il y a en France environ trois églises pour deux communes.

Laisser un commentaire

En continuant votre navigation, vous acceptez que ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Plus d'infos

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

x