Accueil > interne > Rapport moral – AG du 18 mai 2019

Rapport moral – AG du 18 mai 2019

Rapport moral

Comme l’indique l’éditorial de notre dernière Lettre (n°162), le contexte actuel met en jeu, à bien des titres, l’interaction entre Démocratie et Spiritualité dont la mise en valeur constitue notre vocation :

-Sur le plan géopolitique, le multilatéralisme, forme embryonnaire de démocratie entre les Etats, est battu en brèche par les populismes, par l’unilatéralisme américain, et par l’inquiétante montée en puissance de la Chine.

-L’Union européenne apparait bien seule, désormais, pour défendre ses valeurs, d’autant plus qu’elle peine à les appliquer elle-même. Souhaitons que le Parlement qui sera élu le 26 mai prochain soit en mesure de concrétiser cette spiritualité de l’unité dans la diversité qui est la marque de fabrique de l’UE.

-Notre pays est confronté à la question des « gilets jaunes », difficile à analyser car le légitime (la souffrance sociale) et l’illégitime (la tolérance de la violence et le refus de participer à la vie politique) sont étroitement mêlés. Le risque est devenu réel d’une France éclatée, accumulant les revendications face à un Etat débordé et incapable de les satisfaire. Le retour au sens et au bon sens, à la cohérence, à l’acceptation des priorités pour résorber peu à peu, et en même temps, les crises sociales et écologiques sera long et difficile. Il demandera beaucoup de capacité à délibérer en respectant les règles de l’éthique du débat, de transparence dans les processus de décision, de charisme pour les mettre en œuvre, d’exemplarité dans les comportements, et d’équilibre quant aux efforts demandés aux uns et aux autres.

Plus que jamais l’heure est donc à la mobilisation autour des valeurs prônées par Démocratie et Spiritualité et par le Pacte civique.

L’activité de l’année 2018

La communication est assurée par Régis Moreira.

Le site internet a reçu 1400 visites sur un an, soit en moyenne 3,8 visiteurs par jour, explorant 4.58 pages. Les visites sont en moyenne de 9 minutes. Nous avons publié 24 articles ou événements sur le site en 2018.

Les newsletters : nous avons diffusé 15 newsletters en 2018 à 500 abonnés en moyenne ; elles ne sont ouvertes que par 36% des abonnés (180). Nous avons enregistré 25 désabonnements. Actuellement, en avril 2019, nous avons 578 abonnés à la Lettre de D&S (depuis le colloque nous avons enregistré 52 nouveaux abonnés), dont 403 abonnés sur le fichier des invitations de D&S aux rendez-vous en Ile de France (Paris).

L’activité de D&S est retracée dans les Lettres envoyées tous les deux mois en moyenne. On y accède aisément sur notre site www.democratieetspiritualite.org,; on y trouve l’éditorial du Bureau, des textes spirituels, des réflexions sur la liaison entre démocratie et spiritualité, les comptes-rendus à la fois de nos réunions conviviales et de lectures de livres se situant dans notre champ, des chroniques de Bernard Ginisty, ainsi que nos textes de réflexions et propositions.

A noter que nous proposons à nos lecteurs d’alimenter la lettre de leurs réactions à un évènement récent, de leur récit d’une expérience vécue, de leurs témoignages, de leurs poèmes…[1].

Cinq lettres ont été publiées entre janvier et décembre, portant les n° 157 à 161. Elles font apparaître les points saillants suivants :

-la poursuite des réunions conviviales d’actualité, où chaque participant peut échanger sur ce qui l’a frappé dans la période récente, après quoi un thème commun de débat est choisi ;

-l’organisation de réunions conviviales autour d’une personnalité, Benjamin Stora et l’Algérie (le 5.02), Nicolas Cadène et la laïcité (le 18.06), ou des livres d’une personnalité (Marion Muller-Collard, le 11.12) ;

-le resserrement des liens avec le Pacte civique, avec qui a été organisée la soirée sur la laïcité, ainsi qu’avec UPH (Up for Humaness) ;

-un gros travail sur la fin de vie, animé par Valérie Pénicaut, qui a donné lieu à trois réunions conviviales et a conduit à élaborer cinq propositions, présentées au Comité consultatif national d’éthique lors d’une audition le 3.05 (voir la lettre 159) ;

-l’arrêt en juin des Méditations inter-spirituelles au Forum 104 ;

– En septembre, un questionnaire rédigé par Valérie a été envoyé à l’ensemble des destinataires de la Lettre, afin de connaître leurs attentes, les raisons de leur intérêt pour D&S, leurs critiques et propositions d’amélioration. Dépouillé par Agnès Legrix et Eliane Fremann, iI a fourni des renseignements précieux (il est consultable sur le site de D&S).

 

Les activités du groupe D&S de Grenoble, animé par Régis Moreira

Le groupe se réunit régulièrement, en fonction des agendas, pour des rencontres de partage spirituel laïque autour d’un thème choisi ensemble à la fin de la réunion précédente. Notre règle de fonctionnement, instituée depuis 1998 par Danielle Thévenot et Paul Bron, est régulièrement rappelée : parler à la première personne « je », ne pas se couper la parole, ne pas débattre et effectuer des temps de silence entre les interventions.

Ne pas débattre, ne pas se répondre et engager un ping pong d’arguments est un exercice très difficile quand on n’est pas d’accord. Cette démarche a occasionné quelques tensions cette année avec la personne gérant le café galerie qui nous accueillait ; désormais, nous nous réunissons à la Maison des associations.

Depuis les attentats de janvier 2015, nous commençons par un quart d’heure de partage de bonnes nouvelles qui nous ont touchés, de type familial, personnel, culturel ou politique, de nature locale ou internationale. Cet espace d’expression de notre joie est nourrissant et précieux.

Les thèmes de nos rencontres de partage spirituel pour l’année 2018 ont été : janvier : «  Comment je fais face à l’ancrage de la discrimination systématique? », février : «  Comment je vois l’enseignement des religions à l’école, pour le bien de tous? », mars : « Comment je vis l’arrivée des migrants? », avril : « Comment je vis mon rapport avec l’argent? », mai : « Comment je perçois le transhumanisme par rapport au potentiel humain? », juin : « Quels droits suis-je prêt à accorder à la nature et aux animaux? », septembre : « Comment je vis les régressions ou progrès liés à 1968? », octobre : « Comment je vis les transformations du monde actuel? », novembre : « Comment je vis les transformations de la démocratie en Europe? »

Le groupe Cheminement se réunit tous les mois à Paris ; il est animé depuis trois ans par Martine Huillard et Marie-José Jauze

En Janvier 2018, chez Chronique sociale, est paru « Pratiquer l’éthique du débat, le défi de la délibération démocratique », écrit par Jean-Claude Devèze ;

-Achèvement tardif du travail sur le Nouveau paysage religieux amorcé en 2013. Disponible sur notre site, il est intitulé : Les religions et les spiritualités, Quelles ressources pour conforter le vivre ensemble républicain ? Il s’agit d’un document de travail pour aider au débat, rédigé notamment par Patrick Brun, Jean-Claude Devèze, Jean-Baptiste de Foucauld, Jean-Marie Gourvil, Henri-Jack Henrion, Jean de Saint-Guilhem et Jean-Claude Sommaire. Il a été complété à l’automne 2018 par l’adjonction d’une cinquième partie qui peut aider à fixer des éléments de doctrine pour l’association. Ces réflexions sont destinées à alimenter les travaux des uns et des autres ; elles ne constituent pas une prise de position de l’association.

Le 25 ème anniversaire de l’Association (2 et 3 février 2019)

Cet anniversaire, que nous avions lors de la dernière AG considéré comme un « moment charnière », a nécessité la mobilisation d’une grande énergie, surtout à partir de l’été.

A cet effet, le bureau a proposé à Éric Vinson un contrat de travail à durée déterminée et à mi-temps de 8 mois, du 1/07/2018 au 28/02/2019. Deux missions lui ont été confiées :

–      une mission principale : la responsabilité de l’organisation du 25e anniversaire, en lien avec Yannick Moreau, le bureau et les personnes désirant s’associer à sa préparation, comme Valérie Pénicaut et Régis Moreira, qui a travaillé sur la conduite chronométrée, le diaporama et l’animation de l’évènement (avec Valérie).

–      la tâche d’assurer le fonctionnement du secrétariat général, avec l’appui d’Eliane Fremann (agendas et ordre du jour des réunions, comptes-rendus, et Lettre de D&S).

A côté de l’équipe de préparation et d’organisation du colloque, il a paru nécessaire de préparer un document d’orientation précisant le projet de D&S pour les années à venir et pouvant servir de base aux débats du colloque-anniversaire. Ce groupe a été animé par Marcel Lepetit, et a réuni Jean-Claude Devèze, Yannick Moreau, Monika Sander, Éric Vinson avec la participation ponctuelle de Valérie Pénicaut et Eliane Fremann. Le document remis aux participants du colloque a été validé par le CA.

Cet anniversaire avait pour but de répondre à deux questions :

  • L’intuition de départ de l’association reste-t-elle pertinente ? Si oui, comment la concrétiser, et sur quels terrains ? Avec quelles équipes et quels partenaires ?
  • Comment, demain, mieux articuler démocratie et spiritualité́ pour répondre aux grands enjeux d’un monde en mutation, de nos sociétés occidentales en manque d’inspiration et d’une Europe en crise ?

Une série de courtes vidéos disponibles sur notre site rendent compte des débats qui ont réuni une centaine de personnes, avec des intervenants de qualité, des travaux en atelier riches et la présence de partenaires anciens et nouveaux avec qui nous devrions pouvoir créer des relations fécondes.

Un questionnaire d’évaluation du colloque préparé par Régis Moreira a été adressé aux participants ; il a été dépouillé par Eliane Fremann, qui en a fait la synthèse (consultable sur le site de D&S).

Des Actes du colloque devront être rédigés pour garder mémoire de cet important événement de l’Association (nous recherchons des bénévoles qui accepteraient de prendre en charge cette tâche).

On peut tirer de cet anniversaire les enseignements suivants :

-la problématique D&S apparait assez éclairante et aidante à beaucoup, et permet d’alimenter le débat sur la laïcité ;

-cependant, l’identité de D&S doit être encore clarifiée pour mieux l’insérer dans les réalités de l’époque et dans les débats d’idées en cours ;

-elle a besoin d’être davantage construite sur le plan conceptuel pour mieux l’insérer dans la théorie politique classique ;

-il ne s’agit pas pour autant de créer une nouvelle doxa, mais d’inviter à une exigence et à une créativité permanente, pour faire émerger au cas par cas des réponses « démospi » aux défis qui sont posés aux sociétés ;

– à cet égard, la question écologique, qui monte en intensité, rend nécessaire d’approfondir les relations qu’il serait souhaitable d’instituer entre écologie, spiritualité(s) et démocratie.

-un ajout à la charte initiale, ou une nouvelle charte, serait souhaitable, en complément du « document d’orientation ».

-D&S a besoin de travailler en partenariat, beaucoup d’associations poursuivant des projets voisins ; mais ces partenariats ne sont pas faciles à organiser dans la durée, la ou les bonnes formules de coopération sont à inventer.

-Enfin, D&S devra, plus que par le passé, investir dans sa propre organisation, et se doter de plus de compétences et de moyens, notamment en matière de communication et de recherche de financements, en vue d’accroître son audience et son efficacité.

-A la Conviviale du 12 mars, qui a suivi le colloque, est né un nouveau groupe D&S, de type cheminement, constitué sur une base interreligieuse d’anciens et de nouveaux adhérents. Il s’est réuni pour la 1ère fois mercredi 27 mars. Des rendez-vous ont été pris pour mai et juin.

 

Les problèmes d’organisation

L’association a connu d’importants changements organisationnels au cours de l’année 2018.

François Peyredieu du Charlat assume depuis avril 2018 la fonction de trésorier.

L’association a changé de siège et s’est installée avant l’été dans les locaux du 87 rue de l’Eglise que l’association Poursuivre a accepté de mettre à sa disposition, ce qui entraine des économies substantielles ; ce déménagement a, dans un premier temps compliqué la gestion de notre salarié par le chèque emploi-service, le nouveau numéro SIRET ayant été fort long à obtenir.

Par ailleurs, la composition du bureau a été affectée par le projet de départ à Nantes de Marcel Lepetit, notre secrétaire général, départ désormais effectif, et par le souci de notre vice-président, Jean-Claude Devèze, de prendre un recul bien mérité.

De ce fait, la présence d’Éric Vinson, en tant que salarié pendant huit mois, mais aussi en tant que spécialiste passionné de ce sujet auquel il a consacré sa thèse de doctorat de Science Politique (La mobilisation du « spirituel » en démocratie au XXe siècle), s’est avérée fort précieuse. Malheureusement l’association, qui a dû puiser dans ses réserves pour le rémunérer, n’a pas pu lui proposer de poursuivre la collaboration à un niveau identique.

L’association a besoin de collecter davantage de cotisations, comme l’indique par ailleurs le rapport financier ; mais elle devra aussi rechercher des financements spécifiques si elle doit disposer de moyens propres appuyant le travail des bénévoles.

C’est un des nombreux points que le nouveau CA devra traiter.

 

Jean-Baptiste de Foucauld et le CA

 

A propos Régis Moreira

Sur le même thème...

CR AG D&S 2016

Compte Rendu de l’Assemblée Générale Ordinaire du 10 mars 2016 Présents : Geneviève Ancel ; Paul-Philippe Cord ; …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

En continuant votre navigation, vous acceptez que ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Plus d'infos

En poursuivant votre navigation, vous consentez nous autoriser dans le but d'analyser notre audience et d'adapter notre site internet et son contenu pour qu'il réponde à vos attentes, que nous utilisions Google Analytics, service susceptible d'installer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur.

Fermer