Accueil > Editorial > « Mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde »

« Mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde »

« Mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde » (Albert Camus).

Le 11 janvier 2015, il y a aujourd’hui cinq ans, a été un grand moment de communion républicaine et nationale qui a mis plus de 4 millions de personnes dans la rue et fait tomber les manifestants dans les bras des policiers. Mais après « Je suis Charlie », il a fallu trouver les mots pour dire l’événement, expliquer la violence, panser les blessures, prévenir les répliques qui, hélas, n’ont pas manqué depuis. Les attentats ont conduit la société française à interroger, avec des préoccupations nouvelles, des notions anciennes comme la laïcité, la radicalisation, les dérives sectaires ou religieuses, ou le communautarisme, par exemple, qui sont devenus depuis facteurs de division et de polémique.

Certains y ont même vu de nouveaux arguments pour justifier un vieux cancer de nos sociétés, le racisme. Pour autant se poser ces questions à propos des dérives de l’islam, ou plus précisément de l’islamisme, ce n’est pas tomber nécessairement dans une islamophobie aux relents xénophobes ; à condition, faut-il le rappeler, de ne pas en réserver l’usage à la seule religion musulmane, mais de l’appliquer aussi à toutes les religions ou convictions, dont on sait le potentiel d’intolérance dont elles peuvent être porteuses. A condition, enfin, de ne pas confondre les mots et les problèmes qu’ils désignent.

« Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde ». Ce précepte de l’auteur de « La Peste », dont nous célébrons cette année le soixantième anniversaire de la mort accidentelle, et qui, à un moment, n’a plus su trouver les mots pour dire le drame algérien, n’a peut-être jamais été d’une aussi grande actualité depuis, comme on le voit aujourd’hui avec les polémiques sur l’islamisme et l’islamophobie.

Avec Pierre N’Gahane (c’est l’objet du dossier de cette première lettre de l’année), nous avons essayé, lors de la conviviale du 17 décembre, de décrypter les mécanismes de la radicalisation[1]. Si celle-ci tend à abolir toute distance critique des individus vis à vis de leurs propres convictions et est donc un vecteur d’intolérance, elle ne conduit pas nécessairement à la violence ni, a fortiori, au terrorisme : il ne faut pas assimiler celui-ci avec celle-là, même si elle en est, incontestablement, le terreau.

De même, si la radicalisation se développe sur le terreau du communautarisme, cela ne doit pas conduire à interdire toute forme de communautés, dès lors que celles-ci ne viennent pas contester l’appartenance à la communauté nationale, symbolisée par la République, dès lors aussi que les normes qu’elles promeuvent ne viennent pas contester les lois de la République, a fortiori vouloir s’imposer à elles et donc à tous.

De même, il faut faire une distinction entre une radicalité citoyenne qui prend sur soi et s’engage au bénéfice de l’autre et de la collectivité en respectant sa liberté, et une radicalité qui poursuit des objectifs inverses.

De même, la laïcité, mise à toutes les sauces, n’est pas une panacée, le remède à tous nos maux, le mot à opposer à tous les mots, la réponse à apporter à tout ce qui nous inquiète : la laïcité est, et ce n’est déjà pas si mal, un régime juridique du religieux dans notre République; avec deux principes, celui de la liberté religieuse et celui de la neutralité de l’État, et un corollaire essentiel : aucune religion ou conviction, y compris l’athéisme, ne peut vouloir imposer son imperium à l’ensemble de la société.

De même, il ne faut pas confondre la laïcité, qui est essentiellement neutralité et distance critique, avec le dialogue interreligieux : si l’une est le terrain sur lequel l’autre peut pousser, et celui-ci l’occasion d’illustrer les vertus pacificatrices de la laïcité, la laïcité, en tant que telle, n’a pas plus à promouvoir ce dialogue, nécessaire, mais qui relève d’un autre registre, qu’à promouvoir telle ou telle religion, comme d’ailleurs à développer des pratiques antireligieuses qui en sont tout autant une déviance que son instrumentalisation au profit de formes déguisées de racisme..

C’est la raison pour laquelle D&S a engagé des travaux sur les deux sujets, avec la volonté de valoriser le potentiel pacificateur de la laïcité et le potentiel mobilisateur des spiritualités, dans le dialogue interconvictionnel, pour faire vivre, ensemble, une République démocratique.

 

JB de Foucauld et D.Lenoir, Paris, le 11 janvier 2020

PS : bien sûr cette première lettre est aussi l’occasion de souhaiter à tous nos adhérents et sympathisants une bonne année 2020, comme nous avons souhaité le faire en intitulant le séminaire d’étape de notre enquête « sol invictus ». Ce dont nous rendrons compte dans notre prochaine lettre.

 

[1] Lire  Olivier Bobineau et Pierre N’Gahane, Les voies de la radicalisation, comprendre pour mieux agir, Armand Colin, 2019.

A propos Régis Moreira

Sur le même thème...

La mort : le retour.

« Le soleil ni la mort ne peuvent se regarder fixement » (François de la Rochefoucauld)[1] …

 

En continuant votre navigation, vous acceptez que ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Plus d'infos

En poursuivant votre navigation, vous consentez nous autoriser dans le but d'analyser notre audience et d'adapter notre site internet et son contenu pour qu'il réponde à vos attentes, que nous utilisions Google Analytics, service susceptible d'installer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur.

Fermer