Accueil > Lecture > Essai d’autobiographie spirituelle – Nicola Berdiaev

Essai d’autobiographie spirituelle – Nicola Berdiaev

Note de lecture de Bertrand Parcollet parue dans la Lettre D&S n°177 Décembre 2020 à propos du livre de Nicolas Berdiaev – Essai d’Autobiographie Spirituelle

 

« L’Essai d’Autobiographie Spirituelle » de Nicolas Berdiaev est un ouvrage épais, ardu au premier abord. Il s’agit effectivement d’un « Essai », dont la forme pourrait renvoyer à Montaigne, et d’une « Autobiographie », centrée sur une spiritualité en excluant pudiquement tout éclairage intime.

Il a été fait référence à la pensée de Berdaiev, récemment à plusieurs reprises, à D&S.

Ce livre de près de 450 pages est aujourd’hui difficile à se procurer, en absence de réédition récente.

Aussi proposons-nous d’y accéder dans le site, par une compilation de citations, répertoriées en moins de 50 pages et dans l’ordre des chapitres. ICI Compilation Berdiaev

L’intention est naturellement d’inviter à une lecture de l’ouvrage dans son ensemble.

Mais on y trouvera déjà, en première approche :

  • Le parcours d’un Russe, né en 1874 dans une famille de la haute aristocratie, réfractaire à une éducation militaire, militant communiste, déporté en Sibérie par le régime tsariste, puis exilé par les Soviets, réfugié à Berlin en 1924, installé à Paris à partir de 1926 où il côtoie activement les milieux intellectuels jusqu’à sa mort en 1948.
  • Le principe d’une vie spirituelle fondée sur la Liberté, incréée, préalable à l’Etre, subjective et de nature divine, moteur de l’élan créateur que Dieu attend de l’homme. « Dieu œuvrant avec l’homme, l’homme oeuvrant avec Dieu »
  • Une philosophie existentialiste d’une certaine manière et personnaliste communautaire, inspirée de Dostoievski, Kant, Pascal… discutée avec Maritain, Mounier…
  • Une eschatologie revendiquée pour extraire « ce monde » de ses contraintes, de ses limites et de sa nécessité.
  • Une fidélité à l’Église orthodoxe qui ne l’empêche pas d’en critiquer le cléricalisme et la servilité au pouvoir temporel.
  • Un œcuménisme chrétien ouvert au catholicisme et au protestantisme.
  • Une certaine fidélité à l’idéal marxiste d’une partie de l’intelligentsia russe d’avant 1905.
  • Une morale singulièrement libertaire et malthusianiste pour ce qui concerne notamment la sexualité et le mariage.
  • Un rejet profond de toutes formes de hiérarchies verticales mais une réticence (peut-être héréditaire) à la démocratie : « la grande masse de l’humanité » ne la recherchant pas, la liberté n’est pas démocratique.
  • Bien d’autres thèmes…
  • Une écriture spontanée, circulaire, répétitive, parfois contradictoire, probablement sans ratures ni repentis : rencontre avec l’intelligence d’une personnalité attachante, réservée, complexe, souvent en rupture avec les idées en cours.

A propos Régis Moreira

Sur le même thème...

la Fabrique de l’islamisme – Rapport de l’Institut Montaigne

La-fabrique-de-l’islamisme Note de lecture parue dans la lettre D&S n°177 – décembre 2020 – La …

 

En continuant votre navigation, vous acceptez que ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Plus d'infos

En poursuivant votre navigation, vous consentez nous autoriser dans le but d'analyser notre audience et d'adapter notre site internet et son contenu pour qu'il réponde à vos attentes, que nous utilisions Google Analytics, service susceptible d'installer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur.

Fermer