Accueil > Editorial > « Au milieu de l’hiver, j’apprenais enfin qu’il y avait en moi un été invincible. »

« Au milieu de l’hiver, j’apprenais enfin qu’il y avait en moi un été invincible. »

« Au milieu de l’hiver, j’apprenais enfin qu’il y avait en moi un été invincible. » (Camus, L’été, extrait de « Retour à Tipasa », 1952)

Invictus

Le beau film de Clint Eastwood qui porte ce titre a fait connaître au monde entier ce poème d’inspiration stoïcienne de William Ernest Henley et qui a inspiré Nelson Mandela pendant ses 27 années de réclusion.

Invictus, Nelson Mandela. Non seulement il n’a pas été vaincu par le bagne, mais il a été victorieux, non de ses ennemis, mais de l’apartheid que le régime raciste de Pretoria avait mis en place en Afrique du sud. La justice est passée, en évitant, autant que possible, la vengeance : la commission « Vérité et réconciliation » a été mise en place dès 1995 (soit quatre ans après l’abolition de l’apartheid, et moins d’un an après l’élection à la présidence de Madiba), alors qu’il nous a fallu attendre le rapport Stora, près de soixante ans après la fin de la guerre d’Algérie, pour envisager de mettre en place, non plus sur le terrain de la justice, mais sur celui de l’histoire, une commission « Mémoire et vérité ». Que n’avons-nous eu à l’époque un lointain héritier de l’émir Abdelkader et disciple de Camus, pour nous aider à soigner ces plaies qui saignent encore.

Invictus comme chacun de nous espère l’être de ce virus, comme William Henley de l’amputation de son pied quand il rédigea ce poème. Invaincus malgré les amputations, les proches disparus, les pauvretés accrues, les solitudes aggravées, la dépression ambiante, mais ayant retenu les innombrables leçons de cette crise inédite ; inédite non pas tant dans sa dimension pandémique que nous avions oubliée, mais dans sa gestion tâtonnante face à l’imprévisibilité des choses et pourtant éclairée des connaissances et des techniques dont l’humanité a su se doter.

Invictus, comme nous voulons l’être de tous ces virus métaphoriques qui infectent nos démocraties, ces poisons qui sous couvert de remèdes intoxiquent nos sociétés et dont les États-Unis viennent de nous donner une leçon de choses dramatique qui a failli tourner au tragique. Virus, tous les mensonges, vérités alternatives, fausses vérités ou vrais mensonges, qui alimentent les thèses négationnistes ou complotistes. Infection, cette hystérisation des débats, quand la dispute démocratique se dégrade en polémique, quand l’anathème se substitue à l’argumentation, quand le visage hideux de la foule haineuse remplace celui du peuple souverain, quand la désignation du bouc émissaire prend la place de la recherche laborieuse des causes et des solutions.

Invictus. Invaincu.e.s, toutes celles, tous ceux, que la parole libère des non-dits mutilants, et qui ont été soumis.es à ces violences sexuelles, pédophiles, incestueuses, quand l’autorité du patron, du parent, du prêtre, de l’éducateur se pervertit en domination sur la sexualité, sur les corps, sur les esprits.

Invictus, en nous protégeant aussi de l’effet de balancier d’un politiquement correct, d’une novlangue qui ferait la chasse à toute expression qui ne lui serait pas conforme, frappant leurs auteurs d’anathème, d’un nouvel ordre moral ou religieux qui transformerait en blasphème la manifestation d’opinions critiques sur les croyances de tous ordres, de cette « cancel culture », culture de la dénonciation, du lynchage et de l’excommunication amplifiée par les réseaux sociaux, cette tentation illusoire, iconoclaste et totalitaire d’effacer de nos mémoires, de nos vocabulaires, de nos figurations, cette ésopienne et irréductible ambiguïté des langages et des actes humains.

Invictus, comme cette lumière que nous célébrons comme un signe d’espoir au cœur de l’hiver et sous le signe de laquelle nous avons mis comme l’année dernière notre séminaire annuel sur la quête de l’esperluette. Cette lumière intérieure, ce soleil irradiant que nous appelons spiritualité et dont il nous faut faire grandir la liberté dans nos cœurs et ceux de nos enfants, pour nous vacciner contre tous ces virus qui menacent notre humanité commune.

Daniel Lenoir,
Président de Démocratie et Spiritualité

A propos Régis Moreira

Sur le même thème...

L’éditorial n°179 – L’intranquille quête de l’esperluette.

A l’occasion de notre Assemblée générale 2021 le 13 mars : l’intranquille quête de l’esperluette. « …

 

En continuant votre navigation, vous acceptez que ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Plus d'infos

En poursuivant votre navigation, vous consentez nous autoriser dans le but d'analyser notre audience et d'adapter notre site internet et son contenu pour qu'il réponde à vos attentes, que nous utilisions Google Analytics, service susceptible d'installer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur.

Fermer