Accueil > Non classé > 4L187 – libre propos : Coup sec sur le mois de janvier

4L187 – libre propos : Coup sec sur le mois de janvier

Coup sec sur le mois de janvier

Depuis trois ans, avec le premier mois de l’année, revient le janvier sec, le « dry january » dans le français d’aujourd’hui. Ce serait cette année un quart des Français (contre un dixième l’année dernière) qui se livre à cette ascèse sanitaire annuelle. Beau succès pour les promoteurs de cette initiative, et ce malgré le refus de l’exécutif, il y a trois ans, d’en faire une campagne officielle de santé publique ; à l’évidence sous la pression des lobbys alcooliers (quelle différence avec la fermeté affichée sur les produits à base de cannabidiol (CBD), qui n’ont pas d’effet psychoactif ni addictifs mais dont un arrêté récent vient de réduire l’ouverture du marché français à laquelle nous avait pourtant contraint l’unification du marché européen !).

Pourtant l’alcoolisme est bien un des principaux problèmes de santé publique en France : on lui attribue plus de 40 000 décès par an, ce qui en fait, après le tabac, la principale cause de mortalité évitable, que ce soit par ses effets directs (cirrhoses, cancers, ou maladies cardiovasculaires, notamment) ou indirects (accidents de la circulation ou du travail, suicides, sans parler des féminicides).

Plus que son impact direct sur la mortalité et la morbidité due à l’alcool, l’enjeu principal du mois sans alcool est de lever le tabou, ou plus précisément le déni français sur l’alcoolisme. Un déni qui a conduit la plus haute autorité de l’Etat à désavouer une ministre de la santé qui n’avait fait que rappeler que la molécule d’éthanol présente dans le vin est la même que celle qu’on trouve dans le whisky. Pour nombre de Français en effet le vin – mais aussi, selon les régions, la bière, le cidre ou le poiré (sic !), les seules boissons alcoolisées à être autorisées sur le lieu de travail – ce n’est pas vraiment de l’alcool.

En s’obligeant, et c’est parfois difficile, à une cure momentanée d’abstinence, les participants prennent conscience de leur dépendance à l’alcool. « Vous êtes libres de boire, mais ne vous laissez pas assujettir par l’alcool » pourrait-on dire en plagiant l’apôtre Paul s’adressant aux Corinthiens d’aujourd’hui. Ce faisant, et sans tomber dans la radicalité de l’interdit, en nous invitant à nous libérer de la dépendance à l’alcool, le janvier sec renoue avec les très anciens rites religieux de jeûnes périodiques et constitue une forme de carême ou de ramadan laïque.

Une portée symbolique et spirituelle qui au regard des enjeux de la planète va au-delà de l’affirmation toute épicurienne de la tempérance individuelle dans la jouissance des plaisirs de la vie. Car en nous invitant à être sobres dans la consommation de produits alcoolisés, ce jeûne régulier est aussi une façon de promouvoir cette sobriété dans la consommation, et donc dans la production, qui est probablement, plus que la décroissance, la réelle alternative à une croissance destructrice de notre habitat planétaire.

Daniel Lenoir

A propos Régis Moreira

Sur le même thème...

9L189: ETES-VOUS INTERESS(E) par « EDUCATION ET RECHERCHE DU SENS DE L’EXISTENCE » ?

ETES-VOUS INTERESS(E) par « EDUCATION ET RECHERCHE DU SENS DE L’EXISTENCE » ?   Notre partenaire le GREP …

 

En continuant votre navigation, vous acceptez que ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Plus d'infos

En poursuivant votre navigation, vous consentez nous autoriser dans le but d'analyser notre audience et d'adapter notre site internet et son contenu pour qu'il réponde à vos attentes, que nous utilisions Google Analytics, service susceptible d'installer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur.

Fermer